La philosophie de A à Z

Publié en janvier 2018

Résumé

Par analogie avec le racisme et le sexisme, le spécisme est la discrimination en fonction de l’appartenance d’espèce biologique. Tout comme on est raciste si l’on privilégie les Blancs par rapport aux Noirs et sexiste si l’on privilégie les hommes par rapport aux femmes, on est spéciste si l’on privilégie les êtres humains par rapport aux autres animaux. Cette entrée explore le spécisme sous trois angles. Dans un premier temps, elle aborde la question de sa définition, dans l’idée d’écarter certains malentendus. Elle pose ensuite le problème de son existence, qui a été remise en cause par certains philosophes selon qui nous discriminons les autres animaux en fonction non pas de l’appartenance d’espèce mais d’un autre critère. Enfin, elle pose la question morale : le spécisme est-il injuste ou est-il, au contraire, moralement acceptable ?

Table des matières

1. Introduction 

2. Qu’est-ce que le spécisme ? 

a. Quelques malentendus 

b. Spécismes direct et indirect ? 

c. Spécismes absolu et indexical ? 

d. Spécisme et anthropocentrisme 

e. Le spécisme est-il injuste par définition ? 

3. Sommes-nous spécistes ? 

a. Expérimentation animale et consommation de viande 

b. Le Personnalisme modal 

4. Le spécisme est-il injuste ? 

a. Justifications directes et absolues 

b. Justifications directes et indexicales 

c. Justifications indirectes et absolues 

d. Justifications indirectes et indexicales 

5. Conclusion 

Bibliographie 


1. Introduction

On doit l’invention du mot « spécisme » au psychologue britannique Richard Ryder, qui l’employait en 1970 dans une brochure dénonçant l’expérimentation animale distribuée aux alentours d’Oxford. Mais la notion ne fut véritablement popularisée que cinq ans plus tard, lors de la publication par le philosophe australien Peter Singer de son ouvrage Animal Liberation. Fidèle à l’inspiration de Ryder, Singer y définit le spécisme comme un « préjugé ou attitude de parti pris en faveur des intérêts des membres de sa propre espèce et à l’encontre des intérêts des membres des autres espèces » (2012 : 73). À peine quarante ans plus tard, le terme fait son entrée dans le Petit Robert.

L’analogie avec les discriminations intra-humaines est frappante, et revendiquée : « Les racistes violent le principe d’égalité en donnant un plus grand poids aux intérêts des membres de leur propre race quand un conflit existe entre ces intérêts et ceux de membres d’une autre race. Les sexistes violent le principe d’égalité en privilégiant les intérêts des membres de leur propre sexe. De façon similaire, les spécistes permettent aux intérêts des membres de leur propre espèce de prévaloir sur des intérêts supérieurs de membres d’autres espèces. Le schéma est le même dans chaque cas » (2012 : 76-77). D’emblée, le ton est donné : le spécisme est, à l’échelle de l’espèce, ce que sont le racisme et le sexisme aux niveaux respectifs de la race et du sexe.

La notion fait malheureusement l’objet d’un certain nombre de confusions. La faute est à imputer en partie à son succès populaire, mais pas seulement. Car même les philosophes ne s’entendent pas toujours quant à la définition du spécisme, un problème qui fera l’objet de la deuxième section de cette entrée. La section suivante sera consacrée à une interrogation plus substantielle : sommes-nous réellement spécistes ? La pertinence philosophique du concept de spécisme dépend crucialement d’une réponse positive à cette question empirique. La quatrième et dernière section sera plus proprement philosophique, puisqu’elle posera la question morale : le spécisme est-il éthiquement acceptable ou faut-il au contraire le condamner, au même titre que nous condamnons le racisme et le sexisme ? Sans surprise, c’est essentiellement sur ce terrain que les philosophes se sont jusqu’ici affrontés.

2. Qu’est-ce que le spécisme ?

Au-delà des confusions les plus grossières, le terme « spécisme » dispose d’acceptions multiples et variées, y compris dans le monde académique. Tandis que certains philosophes considèrent que le spécisme n’a qu’une seule forme, d’autres opposent un spécisme « direct » à un spécisme « indirect » ou, dans un contexte différent, un spécisme « absolu » à un spécisme « indexical ». Tandis que certains distinguent soigneusement le spécisme de l’anthropocentrisme, d’autres négligent cette différence. Et tandis que certains posent que le spécisme est injuste par définition, d’autres font de son injustice une thèse philosophique à part entière. Puisqu’il vaut mieux savoir de quoi l’on parle avant d’en parler, voyons donc ce qu’il en est.

a. Quelques malentendus

On définit parfois le racisme comme la croyance en l’existence des races humaines : être raciste revient alors à croire que les races existent au sein même de notre espèce. De manière analogue, on pourrait penser que le spécisme n’est autre que la croyance en l’existence des espèces, que le tort des spécistes est simplement de croire qu’il y a des humains, des chevaux et des truites. Et de fait, certains auteurs nient l’existence des espèces biologiques (Dawkins 1993 ; Clark 1993 ; Olivier 1994 ; Dupré 2002). D’après eux, tout comme le concept de races humaines, le concept d’espèce biologique prétend représenter quelque chose qui n’existe en fait pas ; il est peut-être bien pratique de classer les êtres vivants en espèces, mais cette représentation du monde ne correspond à aucune réalité. La critique est séduisante, mais l’analogie qui intéresse les antispécistes ne se situe pas à ce niveau-là. De la même manière qu’on peut admettre l’existence des sexes tout en niant qu’il soit acceptable de discriminer les femmes, on peut admettre l’existence des espèces tout en niant qu’il soit acceptable de discriminer les chevaux et les truites. Et c’est souvent ce que font les antispécistes.

Alternativement, on définit souvent le racisme comme la croyance en une hiérarchie entre les races : les racistes croient typiquement que les Blancs sont plus intelligents et raffinés que les Noirs ou les Asiatiques. On pourrait en inférer que le spécisme n’est autre que la croyance qu’il y a des inégalités entre les espèces (ce que fait d’ailleurs le Petit Robert) ; que les spécistes croient simplement que les humains sont plus intelligents et raffinés que les cochons et les rats. Les antispécistes, par opposition, seraient convaincus de l’égalité de tous les animaux, humains compris. L’absurdité d’une telle conviction expose la confusion qui est ici à l’œuvre. Tout comme on peut reconnaître que les génies et autres surdoués sont plus intelligents que le reste de la population tout en refusant de les privilégier, on peut reconnaître que les êtres humains sont plus intelligents que les cochons et les rats tout en refusant de les privilégier. Et c’est précisément ce que font les antispécistes. (En un sens, ils revendiquent effectivement l’égalité de tous les animaux, mais ce sens est normatif plutôt que descriptif. L’idée n’est pas que tous les animaux ont les mêmes capacités mais que nous devrions accorder une importance similaire à leurs intérêts similaires, indépendamment de l’espèce à laquelle ils appartiennent. Cette application du principe d’égale considération des intérêts n’est au fond qu’une autre manière de dire que nous ne devrions pas discriminer sur la base de l’appartenance d’espèce.)

Une troisième confusion résulte du fait qu’on conçoit souvent le féminisme comme la revendication d’égalité des droits entre hommes et femmes. Selon cette conception, vous êtes sexiste si vous pensez que les hommes ont des droits que les femmes n’ont pas. On pourrait alors se dire que l’antispécisme est la revendication d’égalité des droits pour tous les animaux, humains compris ; que, selon les antispécistes, les lapins ont le droit d’accéder aux écoles publiques et les crapauds celui de pratiquer la religion qu’ils préfèrent, ni plus ni moins que leurs frères et sœurs humains. Mais bien sûr, personne n’a jamais rien demandé de tel. Il est toutefois intéressant de noter qu’à y regarder de plus près, les féministes non plus ne revendiquent pas vraiment l’égalité des droits mais se contentent d’affirmer qu’hommes et femmes ont les mêmes droits quand ils ont (ou pourraient avoir) les mêmes intérêts. Ainsi, on voit mal pourquoi les femmes toucheraient un salaire inférieur à celui des hommes lorsqu’elles effectuent le même travail sachant qu’elles ont comme eux un intérêt à bien gagner leur vie. En revanche, les hommes étant constitués de telle sorte qu’ils ne sauraient avoir un intérêt à avorter, ils n’ont pas le droit de le faire. De manière analogue, les antispécistes affirment simplement que les humains et les autres animaux ont les mêmes droits quand ils ont (ou pourraient avoir) les mêmes intérêts. Les crapauds et les lapins étant constitués de telle sorte qu’ils n’ont ni le goût de la spiritualité ni la soif d’apprendre, ils n’ont droit ni à la liberté de confession ni à l’éducation. En revanche, parce qu’ils ont comme nous un intérêt à ne pas souffrir, ils ont comme nous le droit de ne pas souffrir inutilement. C’est en tout cas l’avis des antispécistes.

Pour résumer, le spécisme est donc tout simplement la discrimination basée sur l’appartenance d’espèce. Autrement dit, il consiste à accorder plus ou moins de considération au bien-être et à la souffrance des individus en fonction de l’espèce à laquelle ils appartiennent. (Comme nous l’avons vu, il n’est pas clair que les espèces existent. Pour être tout à fait précis, il faudrait donc dire « en fonction de l’espèce dans laquelle ils sont classés ».)

b. Spécismes direct et indirect ?

Il n’est pas rare que les philosophes distinguent un spécisme « direct » d’un spécisme « indirect » (Rachels 1990 : 182, 184). Comme l’expliquent Hugh LaFollette et Niall Shanks, « Le spéciste direct affirme que la différence d’espèce elle-même est moralement pertinente. Le spéciste indirect affirme que, bien que les différences d’espèce ne soient pas moralement pertinentes, elles sont typiquement associées à des différences moralement pertinentes » (1996 : 42-3, ma traduction), telles que la rationalité, la conscience de soi ou la possession d’un langage symbolique. On peut tracer la même distinction à l’échelle des sexes : « Un sexiste direct pourrait affirmer que nous devons donner aux hommes certains emplois parce qu’ils sont des hommes, alors qu’un sexiste indirect soutiendrait qu’il convient de confier ces travaux aux hommes parce qu’ils possèdent certains traits qui les distinguent des femmes » (1996 : 43, ma traduction).

Pour d’autres, le spécisme se résume à sa variante directe. C’est apparemment le cas de Singer qui, trente ans après la Libération animale, définissait le spécisme comme « l’idée qu’il est juste de donner la préférence à des êtres uniquement pour la raison qu’ils sont membres de l’espèce Homo sapiens » (2004 : 107). Nombreux sont les philosophes qui souscrivent à cette conception du spécisme (Ryder 1998 : 320 ; Paterson & Ryder 1979 ; Pluhar 1995: 61). D’après eux, la discrimination basée sur l’espèce n’est spéciste que quand ses auteurs font référence à l’espèce pour la justifier.

À en croire Joan Dunayer, pourtant, c’est une erreur. La discrimination basée sur l’appartenance d’espèce est spéciste quelle que soit sa justification – que ses auteurs se défendent en faisant appel à l’espèce, en faisant appel à des caractéristiques qui lui sont corrélées, ou qu’ils ne cherchent pas à se justifier du tout : « N’est-il pas raciste d’accorder plus de considération morale aux Blancs pour quelque raison que ce soit, par exemple parce que leur peau est plus claire ou qu’ils ont un niveau de vie plus élevé ? […] N’est-il pas sexiste d’accorder aux hommes plus de considération morale pour quelque raison que ce soit, par exemple parce qu’ils sont généralement plus musclés ou qu’ils obtiennent de meilleurs résultats aux tests d’orientation spatiale ? » (Dunayer 2004 : 2, ma traduction). D’après Horta (2010 : 252), LaFollette et Shanks aussi se fourvoient quand ils distinguent deux formes de spécisme. Car on n’a pas là affaire à deux comportements distincts mais à deux justifications d’un seul et même comportement – la discrimination en fonction de l’espèce –, et c’est ce comportement qui mérite le nom de « spécisme ». Sur ces points, nous suivrons Dunayer et Horta.

c. Spécismes absolu et indexical ?

On rencontre une seconde distinction dans la littérature spécialisée, qui oppose le spécisme « absolu » au spécisme « indexical » (Bernstein 2004 : 380 ; Jamieson 2008 : 109) : les spécistes indexicalistes pensent que chacun doit privilégier les membres de sa propre espèce, tandis que les spécistes absolutistes considèrent que nous devrions tous privilégier les membres d’une espèce donnée, que nous en fassions partie ou non. Si nous recevions la visite de voyageurs en provenance d’une autre galaxie, les indexicalistes affirmeraient que ces créatures doivent privilégier leurs intérêts par rapport aux nôtres – selon le principe « chacun pour sa pomme ». À l’inverse, les absolutistes soutiendraient qu’elles doivent privilégier nos intérêts par rapport aux leurs – selon le principe « chacun pour la pomme Golden ».

Singer ne s’embarrasse pas non plus de cette distinction, mais il paraît ambivalent. Comme nous l’avons vu, il définit le spécisme tantôt comme un « préjugé ou attitude de parti pris en faveur des intérêts des membres de sa propre espèce » (2012 : 73), tantôt comme « l’idée qu’il est juste de donner la préférence à des êtres uniquement pour la raison qu’ils sont membres de l’espèce Homo sapiens » (2004 : 107). Autrement dit : tantôt de façon indexicale, tantôt de façon absolue. Mais peu importe en pratique : les êtres humains étant pour l’heure les seules créatures qui discriminent sur la base de l’appartenance d’espèce, il faut bien admettre que les deux variantes sont en fait indissociables.

Comme pour les variantes directe et indirecte du spécisme, on peut concevoir ses variantes indexicale et absolue comme différentes justifications du spécisme, plutôt que comme différentes formes de spécisme (Horta 2010 : 254). Que ses auteurs la justifient par les propriétés indexicales de ceux qui en bénéficient (« Ils font partie de mon espèce ») ou par leurs propriétés absolues (« Ils font partie de l’espèce Homo sapiens »), la discrimination en fonction de l’espèce demeure le même phénomène, et c’est ce phénomène qui doit être appelé « spécisme ».

d. Spécisme et anthropocentrisme

En définissant le spécisme comme « l’idée qu’il est juste de donner la préférence à des êtres uniquement pour la raison qu’ils sont membres de l’espèce Homo sapiens » (2004 : 107), Singer le confond peut-être avec une autre notion : l’anthropocentrisme. Tout comme Tom Regan, auteur de l’important Droits des animaux, pour qui le spécisme consiste à « assigner plus de poids aux intérêts des êtres humains » (2003 : 47, ma traduction). Et on peut en dire autant de Paul Waldau, qui le définit comme « l’inclusion de tous les animaux humains dans le, et l’exclusion de tous les autres animaux du, cercle moral » (2001 : 38, ma traduction).

L’analogie avec le racisme et le sexisme milite cependant pour que l’on prenne soin de bien distinguer les deux notions (Dunayer 2004 : 2-4). En effet, il est raciste non seulement de privilégier les Blancs par rapport aux Noirs, mais aussi de privilégier les Asiatiques par rapport aux Noirs ou les Noirs par rapport aux Blancs. Et il est sexiste non seulement de privilégier les hommes par rapport aux femmes, mais aussi de privilégier les femmes par rapport aux hommes. De manière analogue, il sera spéciste non seulement de privilégier les humains par rapport aux autres animaux, mais aussi de privilégier les chiens et les chats par rapport aux vaches et aux cochons ou les animaux non humains par rapport aux humains.

(Les amateurs de sociologie contestent parfois l’existence du racisme anti-Blancs et du sexisme anti-hommes sous prétexte que le racisme et le sexisme seraient « systémiques ». En effet, un même système ne saurait privilégier les Blancs au détriment des Noirs et les Noirs au détriment des Blancs, les hommes au détriment des femmes et les femmes au détriment des hommes. Mais cette objection repose sur une confusion. Le racisme et le sexisme existent peut-être sous forme systémique, mais il arrive incontestablement que les Blancs soient discriminés sur la base de la couleur de leur peau et que les hommes soient discriminés sur la base de leur sexe, et on voit mal pourquoi ces discriminations ne mériteraient pas les noms de « racisme » et de « sexisme ». Après tout, elles satisfont manifestement les conditions d’application des concepts ordinaires de racisme et de sexisme.)

e. Le spécisme est-il injuste par définition ?

Du fait que le spécisme est par définition une discrimination, on pourrait conclure qu’il est par définition injuste. Mais toutes les discriminations ne sont pas clairement injustes. Pour preuve : on emploie bien l’expression « discrimination positive » pour désigner les mesures qui visent à favoriser les plus démunis ; ce faisant, on ne les condamne pas pour autant. Autre exemple : si vous ne pouvez sauver qu’une personne d’un incendie, vous sauverez peut-être plus volontiers un enfant de chœur qu’un tueur en série, convaincu que le premier mérite davantage que le second d’avoir la vie sauve ; il est peut-être légitime de discriminer les tueurs en série. Mais alors, peut-être est-il aussi légitime de discriminer les vaches et les cochons, sur la base de leur appartenance d’espèce.

Certains philosophes nient donc que le spécisme soit injuste par définition (Cohen 1986 : 867 ; Kagan 2016 : 2 ; Singer 2016 : 31). Et il semble que la plupart des acteurs de l’éthique animale se soient rangés de leur côté. On trouve ainsi pas moins de quatre articles intitulés « en défense du spécisme » (Chappell 1997 ; Gray 1990 ; Goldman 2001 ; Wreen 1984), ce qui serait paradoxal si le spécisme était par définition indéfendable – on imagine difficilement un essai intitulé « en défense de l’injustice ». Le philosophe Carl Cohen va même jusqu’à déclarer : « Je suis spéciste. Le spécisme n’est pas seulement plausible, il est essentiel à la bonne conduite » (1986 : 867, ma traduction). Comment le spécisme pourrait-il être essentiel à la bonne conduite s’il était par définition injuste ? Définir le spécisme comme une discrimination injuste présente aussi un inconvénient pratique : celui de nous interdire d’utiliser le terme pour débattre de la moralité de la discrimination basée sur l’espèce (Kagan 2016 : 2). Le mot « spécisme » ne pourrait apparaître qu’au terme de la discussion : nous ne pourrions l’employer pour désigner la discrimination basée sur l’espèce qu’après avoir démontré son injustice.

En dépit de ces arguments, Horta soutient que nous devrions inclure le caractère injuste du spécisme dans sa définition, en vertu de l’analogie avec le racisme, qui est selon lui injuste par définition (2010 : 247). Malheureusement, cette dernière affirmation ne va pas de soi. L’adjectif « raciste » a bien sûr une connotation négative pour la plupart d’entre nous, mais celle-ci relève probablement de sa pragmatique plutôt que de sa signification à proprement parler. De fait, les racistes assumés ne disent pas « Je discrimine systématiquement les Noirs, mais je ne suis pas raciste », ce qui serait manifestement contradictoire ; ils disent « Je suis raciste, et alors ? » (Le nombre alarmant d’occurrences de la phrase « Je suis raciste et alors ? » sur le web peut en attester.) Quand ils affirment que le racisme n’a rien d’immoral, les racistes se trompent certainement, mais leur erreur n’est pas conceptuelle ; il s’agit d’une erreur morale substantielle. Pour respecter l’analogie, il convient donc peut-être de définir le spécisme de telle sorte qu’il ne soit pas contradictoire de dire « Je suis spéciste, et alors ? », mais qu’il soit contradictoire d’affirmer « Je discrimine sur la base de l’espèce mais je ne suis pas spéciste, » en n’incluant pas son injustice dans sa définition, pour laisser la question ouverte. C’est l’usage que nous adoptons dans la suite de cette entrée.

3. Sommes-nous spécistes ?

Puisque le spécisme n’est pas injuste par définition, on peut se demander s’il est moralement acceptable. Mais cette question ne sera traitée qu’en section 4, car il nous faut au préalable nous assurer de sa pertinence, laquelle dépend de l’existence même du spécisme. Car à quoi bon débattre du statut moral d’une discrimination qui n’existe pas ? Au fond, les philosophes ne gaspillent pas leur temps et leur énergie à discuter de la moralité de la discrimination basée sur les signes astrologiques, par exemple.

a. Expérimentation animale et consommation de viande

Singer consacre deux chapitres de la Libération animale à la description de pratiques qu’il considère comme spécistes : l’expérimentation animale et l’élevage à des fins alimentaires. Il développe deux types d’arguments pour démontrer le spécisme de ces pratiques.

Premièrement, l’expérimentation et l’élevage nuisent beaucoup plus aux animaux qu’ils ne bénéficient aux êtres humains. Il est vrai que l’expérimentation animale a permis le développement de nombreux médicaments, dont certains sauvent encore des vies humaines quotidiennement, mais elle est aussi employée à tester des cosmétiques et autres produits d’entretien qui, s’il faut bien admettre qu’ils nous facilitent la vie, ne servent aucun intérêt humain fondamental. Mis en balance avec les souffrances terribles que ces recherches impliquent pour les animaux, ces bienfaits ne font vraisemblablement pas le poids (2012 : 117). L’élevage ne s’en sort pas mieux. Nous tirons certes une satisfaction gustative de notre consommation de viande et d’autres produits d’origine animale, mais cette satisfaction est dérisoire en comparaison de ce qu’endurent les animaux toute leur vie durant dans les élevages concentrationnaires et au moment de passer à l’abattoir (1999 : 350). Dans le cas de l’élevage comme dans celui de l’expérimentation animale, nous sacrifions des intérêts animaux fondamentaux sur l’autel d’intérêts humains superficiels (Giroux 2016). Dans un cas comme dans l’autre, nous sommes spécistes.

Deuxièmement, nous nous opposerions farouchement à ce que les expériences en question soient effectuées sur nos congénères ou à ce que des êtres humains soient élevés et tués pour notre consommation. Certains objecteront que si nous acceptons d’effectuer des expériences pénibles sur des rats ou d’élever des cochons pour en faire de la chair à saucisses alors que l’idée même de réserver un sort similaire à des êtres humains nous répugne, ce n’est pas tant parce que les rats et les cochons ne font pas partie de notre espèce que parce qu’ils sont moins rationnels et conscients d’eux-mêmes que les êtres humains – en un mot, ils ne sont pas des « personnes ». Selon cette objection, nous ne discriminons pas sur la base de l’espèce, mais sur la base de la personnalité. Par conséquent, nous ne sommes pas spécistes.

Mais cette objection oublie un peu vite que certains êtres humains ne possèdent pas ces fameux propres de l’homme – les handicapés mentaux profonds, les nouveau-nés et les vieillards séniles, par exemple. Ces individus, que la littérature philosophique désigne sous l’appellation de « cas marginaux », sont moins rationnels et conscients d’eux-mêmes qu’un cochon adulte moyen ; au sens pertinent, ils ne sont pas des personnes. Pour autant, nous refusons à juste titre d’élever des handicapés mentaux pour leur chair ou d’effectuer des expériences pénibles sur des nourrissons au titre du progrès scientifique. Dans le cas de l’élevage comme dans celui de l’expérimentation animale, nous traitons donc les animaux non humains de manières dont nous refuserions de traiter des êtres humains aux capacités mentales et intérêts comparables. Dans un cas comme dans l’autre, nous ne discriminons pas sur la base de la personnalité, mais bien sur la base de l’appartenance d’espèce. Nous sommes donc spécistes.

b. Le Personnalisme modal

Dans un article récent, Shelly Kagan rejette pourtant cette conclusion. D’après lui, nous ne discriminons pas sur la base de l’appartenance d’espèce, mais sur la base de la « personnalité modale ». Voyons de quoi il s’agit et quels sont ses arguments.

Contre l’idée que nous sommes spécistes, Kagan maintient que nous ne discriminerions pas des extraterrestres aux capacités mentales comparables aux nôtres (2016 : 9). Parce qu’E.T. est comme nous rationnel et conscient de lui-même, nous refuserions d’effectuer sur lui les expériences que nous infligeons aux animaux ou de le tuer pour consommer sa chair. En principe au moins, nous privilégions non seulement les êtres humains mais aussi les extraterrestres intelligents. Kagan en conclut que nous ne sommes pas spécistes. Malheureusement, cet argument repose sur la confusion mentionnée ci-dessus entre le spécisme et l’anthropocentrisme. Kagan parvient éventuellement à démontrer que nous ne sommes pas anthropocentristes, mais il échoue à montrer que nous ne sommes pas spécistes. Si des extraterrestres débarquaient sur Terre, nous les traiterions peut-être avec le respect qui s’impose, mais nous continuerions de discriminer les vaches, les cochons et les poules du fait de leur espèce.

Kagan développe aussi une thèse positive. Il soutient que nous discriminons sur la base de la personnalité modale ; que nous privilégions systématiquement les individus qui sont ou auraient pu être des personnes. Cette idée s’accommode bien de notre intuition que les intérêts des humains marginaux importent autant que ceux des personnes, puisque ces sujets auraient pu être des personnes. Malheureusement, c’est une vertu qu’elle partage avec la thèse selon laquelle nous privilégions systématiquement les individus qui font partie d’une espèce dont les membres typiques sont des personnes. Comme la première idée, celle-ci est compatible avec notre intuition, puisque les humains marginaux font partie d’une telle espèce. Afin de montrer la supériorité de son hypothèse, Kagan (2016 : 16-7) imagine donc deux enfants anencéphales (c’est-à-dire privés de la partie supérieure de leur cerveau), dont l’un doit sa condition à un dysfonctionnement intervenu lors de son développement fœtal, tandis que l’autre souffre d’une anomalie génétique. Tous deux font partie d’une espèce dont les membres typiques sont des personnes, à savoir l’espèce humaine, mais seul le premier est une personne modale – le second n’aurait pas pu être une personne parce que l’origine de sa condition est génétique. D’après Kagan, face à ces deux enfants, nous accorderions plus d’importance au bien-être et à la souffrance du premier qu’au bien-être et à la souffrance du second. Nous ne discriminons pas sur la base de l’appartenance à une espèce dont les membres typiques sont des personnes, mais sur la base de la personnalité modale.

S’il fonctionne, cet argument montre a fortiori que nous ne sommes pas spécistes : nous discriminons sur la base d’une propriété – la personnalité modale – différente de l’appartenance d’espèce. Mais fonctionne-t-il ? Rien n’est moins sûr à vrai dire. D’une part, rares sont les philosophes qui partagent la prédiction de Kagan selon laquelle nous accorderions plus d’importance aux intérêts du premier enfant qu’à ceux du second (DeGrazia, 2016 : 24). D’autre part, une fois appliqué aux animaux, le personnalisme modal a des implications très contre-intuitives. Compte tenu des progrès que connaît le domaine de l’amélioration génétique, on peut s’attendre à ce qu’il soit possible, à moyen terme, de modifier génétiquement des cochons de telle sorte qu’ils deviennent rationnels et conscients d’eux-mêmes. Une fois ces progrès acquis, tous les cochons seront des personnes modales. La théorie de Kagan prédit donc que nous nous mettrons alors à les traiter avec autant de respect que les humains même si, dans les faits, aucun cochon n’est une personne, par exemple parce que l’implémentation du traitement est jugée trop couteuse (DeGrazia 2016 : 24-5 ; McMahan 2016 : 29). L’absurdité de cette prédiction suggère que nous ne privilégions pas les personnes modales.

La leçon à tirer de l’article de Kagan est peut-être que nous discriminons sur la base de la propriété disjonctive « personne ou membre d’une espèce dont les membres typiques sont des personnes ». Cette conclusion est compatible à la fois avec notre prédiction que nous traiterions les deux enfants anencéphales avec le même respect (puisque tous deux font partie de l’espèce humaine) et avec notre prédiction que nous ne privilégierions pas les cochons s’ils devenaient de simples personnes modales (puisque les cochons typiques ne seraient pas des personnes). Mais, d’après cette idée, nous sommes spécistes : certes, nous accordons une considération égale aux intérêts des personnes qu’elles soient humaines ou non, mais nous discriminons les non-personnes selon l’espèce à laquelle elles appartiennent, en privilégiant systématiquement celles d’entre elles qui font partie d’une espèce dont les membres sont pour la plupart des personnes.

4. Le spécisme est-il injuste ?

Comme nous l’avons constaté, le spécisme tire son nom d’une analogie avec le racisme et le sexisme. Tandis que les racistes et les sexistes discriminent les individus en fonction de leur race et de leur sexe, les spécistes le font en fonction de l’espèce à laquelle ils appartiennent. Peut-être le spécisme est-il alors injuste pour la même raison qui rend injustes le racisme et le sexisme.

On oppose souvent à cette idée un constat banal : il existe, entre le spécisme et les discriminations intra-humaines, des différences importantes. Les Noirs et les femmes sont en mesure de lutter activement contre leur discrimination, alors qu’on imagine difficilement des saumons et des poulets organiser un rassemblement antispéciste. Et puis, si les races sont égales, les espèces ne le sont pas – en particulier, les capacités mentales des êtres humains surpassent à bien des égards celles des autres animaux. Enfin, l’histoire du racisme est totalement différente de celle du spécisme. Les objections de ce type reposent toutefois sur un malentendu. Personne ne prétend que le spécisme est similaire au racisme et au sexisme sous tous ses aspects. Une analogie n’est d’ailleurs jamais l’affirmation d’une exacte similarité. Les critiques du spécisme soutiennent simplement qu’il partage avec ces discriminations la caractéristique qui les rend moralement condamnables. Mais alors, quelle est cette caractéristique ?

Selon un principe de justice que l’on doit à Aristote, il faut traiter les cas similaires de manières similaires. Or, il n’y a pas, entre les Blancs et les Noirs, entre les hommes et les femmes, de différence qui justifie que l’on privilégie les premiers au détriment des seconds. Le racisme et le sexisme sont donc injustes parce qu’ils violent le principe aristotélicien. Toute la question est alors de savoir s’il y a une différence moralement pertinente entre les humains et les autres animaux ou si le spécisme viole lui aussi ce principe. Toutes les défenses du spécisme prétendent identifier une telle différence. Comme nous l’avons vu ci-dessus, elles s’articulent le long de deux axes : certaines sont directes (qui font appel à l’appartenance d’espèce elle-même), tandis que d’autres sont indirectes (qui font appel à des caractéristiques qui lui sont simplement associées) ; certaines sont absolues (qui font appel à des propriétés intrinsèques des individus), tandis que d’autres sont indexicales (qui font appel aux relations qu’ils entretiennent avec nous). En croisant ces deux axes, on obtient donc quatre types de justifications du spécisme : les justifications directes et absolues ; les justifications directes et indexicales ; les justifications indirectes et absolues ; et les justifications indirectes et indexicales.

a. Justifications directes et absolues

De l’avis des spécistes directs absolutistes, il existe une différence entre les humains et les autres animaux qui justifie que l’on privilégie les premiers au détriment des seconds, et cette différence n’est autre que l’appartenance à l’espèce Homo sapiens. Les intérêts des êtres humains importent plus que ceux des autres animaux pour la simple et bonne raison qu’ils font partie de l’espèce humaine, et ce de manière absolue – que vous soyez humain ou non, vous devriez privilégier les êtres humains au détriment des autres animaux. Assez répandue sur les plateaux de télé et au café du commerce, cette théorie se fait plus rare chez les philosophes, qui reconnaissent généralement que la frontière d’espèce ne saurait en soi gratifier les humains d’un statut moral supérieur. L’appartenance à l’espèce humaine est une propriété moralement insignifiante, au même titre que l’appartenance à la race blanche ou au sexe masculin.

Ces dernières sont dénuées de pertinence morale parce qu’elles ne sont que biologiques ; en soi, elles ne disent rien sur les intérêts des êtres qu’elles séparent. Étant purement biologiques, le fait que ma peau est blanche plutôt que noire ne saurait justifier qu’on privilégie mes intérêts par rapport à ceux d’un Noir, et le fait que je suis de sexe masculin plutôt que féminin ne saurait justifier qu’on privilégie mes intérêts par rapport à ceux d’une femme. Mais voilà : la frontière d’espèce est elle aussi strictement biologique ; en soi, elle ne dit rien sur les intérêts respectifs des êtres humains et des autres animaux. Par conséquent, le fait que je suis un être humain plutôt qu’un chimpanzé ne saurait justifier qu’on privilégie mes intérêts par rapport à ceux d’un chimpanzé (LaFollette & Shanks, 1996 : 43).

De prime abord, l’affirmation selon laquelle l’appartenance à l’espèce humaine est une propriété purement biologique peut surprendre. Être un humain, entend-on souvent, suppose de posséder certaines capacités mentales : la rationalité et la conscience de soi, par exemple. Tous les humains sont des personnes et toutes les personnes sont humaines – d’ailleurs les substantifs « humain » et « personne » font généralement office de synonymes. Mais cette conception de l’humanité est confuse, car certains humains n’ont pas les capacités en question. Les humains marginaux ne sont ni rationnels ni conscients d’eux-mêmes, ce qui ne les rend pas moins humains que vous et moi. L’appartenance à l’espèce humaine est donc bel et bien une caractéristique biologique. Moralité : le spécisme ne peut pas être justifié par le constat trivial que, contrairement aux autres animaux, les humains appartiennent à l’espèce humaine.

On peut arriver à la même conclusion par un autre chemin, en recourant à l’expérience de pensée suivante. Suite à une série de mutations génétiques, une nouvelle espèce a fait son apparition sur Terre : Homo humilis. Les humilis ne se distinguent pas spécialement de nous par leurs capacités cognitives ou par leur apparence. Comme nous, ils sont capables de résoudre des équations de second degré, de parler littérature et même, pour certains, de faire de la philosophie. Ce scénario invite la leçon suivante. Puisque les frontières de race et de sexe sont insignifiantes du point de vue moral, on voit mal comment la différence entre les humilis et les sapiens pourrait justifier leur discrimination – après tout, les humilis nous ressemblent au moins autant que les Blancs ressemblent aux Noirs et les hommes aux femmes. Seulement, cette différence n’est autre que l’appartenance d’espèce. Tout porte donc à penser que cette caractéristique n’est pas plus pertinente du point de vue moral que ne le sont la race et le sexe.

Le spécisme direct absolu rencontre une dernière objection. Selon ses partisans, c’est leur appartenance à l’espèce humaine qui confère aux êtres humains leur statut moral, ce qui suppose qu’il est possible de tracer une frontière nette et non arbitraire entre l’espèce humaine et les autres espèces, qu’il y a là une différence de nature. Or, ce présupposé est incompatible avec la théorie de l’évolution. Pour le comprendre, imaginez une chaine d’individus qui se tiennent par la main : à une extrémité, une femme, qui donne la main à sa mère, laquelle donne la main à sa mère, etc. ; à l’autre extrémité, une femelle chimpanzé, qui donne la main à sa mère, laquelle donne la main à sa mère, etc. ; plus ou moins au milieu, le dernier ancêtre commun aux humains et aux chimpanzés. On peut éventuellement tracer une limite entre l’espèce humaine et l’espèce chimpanzé (ou plusieurs limites, avec des espèces intermédiaires), mais une chose est sûre : cette limite sera arbitraire d’un point de vue scientifique et ne correspondra à aucune différence de nature. Aucune femme ou femelle chimpanzé ne sera séparée de sa mère par un abime ontologique. (En s’appuyant sur la définition des espèces en termes d’interfécondité, on pourrait décider de tracer la frontière entre la génération la plus ancienne avec laquelle nous pourrions nous reproduire et la plus récente avec laquelle ce serait impossible. Mais ces deux générations étant interfécondes, elles feraient partie de la même espèce selon cette même définition.) Puisque la caractéristique qui détermine la considération qu’il convient d’accorder aux intérêts des individus ne saurait être scientifiquement arbitraire et se doit de correspondre à une différence de nature plutôt que de degré, il ne peut s’agir de l’appartenance à l’espèce humaine (Dawkins 1993).

En clair, les spécistes ne peuvent pas justifier leurs comportements en faisant appel à l’appartenance à l’espèce Homo sapiens. Jusqu’à preuve du contraire, le spécisme est moralement condamnable.

b. Justifications directes et indexicales

Il en faut plus pour décourager les spécistes directs indexicalistes. Comme les spécistes directs absolutistes, ces derniers considèrent qu’il existe, entre les humains et les autres animaux, une différence qui justifie que nous accordions plus d’importance aux premiers qu’aux seconds, et que cette différence concerne l’appartenance d’espèce elle-même. Contrairement aux spécistes directs absolutistes, cependant, ils pensent que cette différence n’est pas l’appartenance à l’espèce Homo sapiens en tant que telle, mais l’appartenance à notre espèce. Les êtres humains ne jouissent pas d’un statut moral particulier mais leurs intérêts importent plus que ceux des animaux pour nous parce qu’ils font partie de la même espèce que nous. Nous avons des raisons de privilégier nos congénères parce qu’ils sont nos congénères, de même que nous avons des raisons de privilégier nos parents parce qu’ils sont nos parents. Les raisons en question sont « centrées sur l’agent » : tout comme nos voisins ont des raisons de privilégier leurs parents plutôt que les nôtres, les Homo humilis ont selon cette conception des raisons de privilégier leurs congénères plutôt que les nôtres. (Bien que certains philosophes nient que les raisons centrées sur l’agent soient jamais moralement pertinentes (Parfit 1984 ; Singer 1997), d’autres considèrent au contraire qu’elles sont au cœur même de l’éthique (Nagel 1986 ; Williams 2009).)

Les spécistes indexicalistes s’appuient souvent sur l’idée que certaines relations justifient des privilèges. En effet, il n’y a pas de mal à privilégier sa famille par rapport à de simples inconnus. L’espèce étant simplement un cercle plus large que celui des parents, peut-être justifie-t-elle alors le même genre de privilèges (Gray 1990). En admettant que cette justification fonctionne, sa portée sera extrêmement limitée (Bernstein 2004 : 382). Vous devriez peut-être sauver votre sœur d’un incendie plutôt qu’un parfait inconnu dans l’impossibilité de les secourir tous les deux. Mais quelles que soient les préférences gastronomiques de votre sœur, vous ne pouvez pas tuer un inconnu pour lui préparer un pot-au-feu. De manière analogue, la justification indexicale du spécisme permettrait au mieux d’établir que, toute chose égale par ailleurs, nous pouvons accorder plus d’importance aux intérêts humains qu’aux intérêts comparables des animaux ; elle ne permettrait pas de justifier que nous accordions plus de poids à des intérêts humains superficiels (tels que le plaisir gustatif que nous procure la consommation de viande) qu’aux intérêts fondamentaux des animaux (tel que leur intérêt à ne pas souffrir et à continuer de vivre).

Mais cette justification est douteuse de toute façon. Comme le souligne Singer, « Si l’argument fonctionne à la fois pour les cercles rapprochés de la famille et des amis, et pour le cercle plus large de l’espèce, il devrait aussi fonctionner pour la case intermédiaire : la race » (2004 : 109). Jeff McMahan enfonce le clou. D’après lui, contrairement à la relation parent-enfant, la relation appartient-à-la-même-espèce-que n’est pas une relation personnelle : « L’appartenance à l’espèce humaine est au contraire similaire à l’appartenance à un groupe racial en ce qu’il s’agit d’une relation purement biologique : une affaire de généalogie, de génétique, ou de capacité à l’interfécondité, selon la conception que l’on a de la notion d’espèce. On voit difficilement comment cela pourrait être pertinent » (2005 : 361, ma traduction). Nous devons certes être loyaux envers nos proches, mais cela découle du simple fait que la loyauté est essentielle aux relations personnelles, que l’amitié et les relations familiales ne seraient simplement pas possibles dans un monde strictement impartial. D’un autre côté, l’appartenance à un groupe purement biologique, tel que la race blanche, le sexe masculin ou l’espèce humaine ne dépend clairement pas de telles attitudes partiales.

Certains spécistes indexicalistes répondront que, contrairement au favoritisme racial, mais conformément au favoritisme familial, le favoritisme d’espèce est constitutif de la nature humaine (Midgley 1984 ; Posner 2004 ; Post 1993). Mais cet argument commet un sophisme largement reconnu comme tel : l’appel à la nature. On ne peut pas inférer qu’une pratique est moralement acceptable du constat qu’elle est naturelle. La manipulation (Byrne & Whiten 1989), l’hostilité à l’égard des étrangers (Greene 2014) et le viol (Thornhill & Palmer 2000) sont eux aussi inscrits dans la nature humaine ; qui en déduirait qu’ils sont moralement admirables ? Si le favoritisme familial est justifié contrairement au favoritisme racial, cela n’a donc rien à voir avec son caractère naturel.

Les spécistes directs indexicalistes ne sont pas parvenus à contrer ces objections. La charge repose donc toujours sur les épaules des spécistes de montrer qu’il est légitime de discriminer en fonction de l’espèce.

c. Justifications indirectes et absolues

Pour les spécistes indirects aussi, il existe une différence entre les êtres humains et les autres animaux qui justifie que l’on privilégie les premiers par rapport aux seconds. Cette différence n’est toutefois pas l’appartenance d’espèce elle-même. Dans la variante absolutiste de cette approche, les humains ont bel et bien un statut moral absolument supérieur à celui des autres animaux, mais celui-ci découle de leurs capacités mentales : contrairement aux autres animaux, les humains sont rationnels (Aristote 1959), autonomes (Kant 2013), capables de langage (Frey 1980 ; Leahy 1991) et de réciprocité (Carruthers 1992), dotés d’un sens moral (Cohen 1986) et d’une culture (Ferry 1992), etc.

Dans son Discours de la méthode (1930), Descartes développe un argument qui va dans ce sens. D’après lui, les êtres humains ont la particularité d’être sentients, c’est-à-dire capables de ressentir des choses agréables ou désagréables, contrairement aux animaux, qui ne ressentent rien – ni plaisir, ni douleur, et encore moins des émotions. N’étant pas sentients, les animaux n’ont pas d’intérêts : il n’est pas davantage possible de leur faire du bien ou du mal qu’il n’est possible d’en faire à un arbre ou à un rocher. Par voie de conséquence, il est légitime de ne respecter que les intérêts humains (trivialement, puisqu’il est impossible de faire autrement). Cet argument ne constitue cependant pas une défense du spécisme à proprement parler car il a pour conséquence que le spécisme n’existe pas. En effet, si les animaux n’ont pas d’intérêts que nous pourrions prendre en compte, ils n’ont pas d’intérêts que nous pourrions négliger en comparaison des intérêts humains, si bien qu’il est impossible de les discriminer.

Quoi qu’il en soit, l’argument cartésien n’est pas convaincant. Les scientifiques sont unanimes : nous n’avons pas le monopole de la sentience, bien au contraire (Low et al. 2012). Tous les vertébrés sont capables de ressentir du plaisir et de la douleur, et c’est vraisemblablement le cas aussi de certains invertébrés, tels que les poulpes et les abeilles. Il est donc possible de faire du bien ou du mal à ces animaux, et a fortiori de les discriminer – en accordant moins d’importance à leurs intérêts. Si le spécisme est injuste, nous devons tenir compte du bien-être et de la souffrance des animaux sentients au même titre que nous tenons compte du bien-être et de la souffrance des êtres humains. Les spécistes ne peuvent donc pas se satisfaire de la sentience comme critère de démarcation entre humains et animaux ; il leur faut un critère plus exigeant, qui soit véritablement le propre de l’homme.

Malheureusement pour eux, quelle que soit la caractéristique qu’ils choisissent de mettre en avant, ils rencontrent l’argument dit des « cas marginaux » : en termes de rationalité, de conscience de soi, d’autonomie, de langage, de réciprocité, de moralité et de culture, certains êtres humains ne sont pas plus doués que les animaux (Singer, 2012 : 413 ; Linzey, 1976 : 24 ; Regan, 1979 : 89 ; Tanner, 2006 : 51). Le critère de la conscience de soi, par exemple, impliquerait que nous devions privilégier les humains adultes normaux non seulement par rapport aux truites et aux poulets, mais aussi par rapport aux humains marginaux. Parce qu’il implique que les intérêts de certains humains n’importent pas plus que ceux des animaux, ce critère ne permet pas de justifier la discrimination en fonction de l’appartenance d’espèce.

Le spécisme indirect absolu soulève un autre problème : celui de la pertinence des critères en question (Norcross 2004). L’exemple de l’intelligence illustre parfaitement cette difficulté. Une société organisée selon les scores de QI, dont les membres verraient leurs intérêts plus ou moins pris en compte en fonction de leur intelligence, serait fondamentalement injuste (Singer 2012 : 69). De toute évidence, le plaisir d’une Michelle Obama n’importe pas plus que celui d’un Jean-Marc Morandini, la souffrance d’un Stephen Hawking pas plus que celle d’une Nabilla. Mais si les différences d’intelligence ne justifient pas que l’on discrimine les êtres humains entre eux, comment pourrait-elle justifier qu’on les privilégie par rapport aux animaux ?

À l’objection de la pertinence, les spécistes opposent souvent un argument de type contractualiste, qui suppose que les vérités morales dépendent d’une hypothétique procédure contractuelle. Imaginons une « position originelle » dans laquelle des sujets sélectionnent, sur la base de considérations purement prudentielles, les principes qu’ils appliqueront ensuite dans le monde réel. Ces sujets sont parfaitement informés, à une exception près, qui garantit l’impartialité du résultat : ils ignorent quelle position ils occuperont dans le monde réel – quels seront leur sexe et leur race, par exemple. Puisqu’ils sont néanmoins rationnels, capables de réciprocité et dotés d’un sens moral, ils choisissent des principes qui protègent les individus rationnels, capables de réciprocité et dotés d’un sens moral (Carruthers 2012). Les animaux ne satisfaisant pas cette description, leurs intérêts ne comptent pas du point de vue moral – ou seulement indirectement, par exemple parce que la vue d’un chien battu à mort pourrait heurter la sensibilité des humains rationnels.

Cette réponse soulève deux problèmes. D’une part, et sans trop entrer dans des détails qui nous éloigneraient de l’éthique animale, bien que le contractualisme constitue une approche séduisante en matière de justice sociale, on peut douter qu’il parvienne à rendre compte de la nature de la morale, et en particulier de son autorité. En effet, pourquoi devrait-on se soucier de ce que décideraient des contractants dans une situation imaginaire où ils ignoreraient leur propre identité (Jaquet & Naar à paraître, Ch. 2) ? D’autre part, il se pourrait qu’une meilleure variante du contractualisme ait des implications favorables aux animaux. Pour le comprendre, une parenthèse méthodologique s’impose. En éthique, les philosophes – et les contractualistes en particulier – adoptent généralement la méthode dite de l’« équilibre réfléchi » (Rawls 1987). Cette approche repose sur le constat que toutes les théories morales ont des implications contre-intuitives, dont elle tire la leçon suivante : lorsqu’une théorie se heurte à certaines de nos intuitions, il nous faut soit la modifier soit abandonner les intuitions en question. Au bout du compte, nous devrions accepter la théorie qui survit à ce processus, et atteint par là un équilibre avec nos jugements réfléchis.

Or, justement, on peut penser que le contractualisme sur lequel s’appuient les spécistes a des implications trop contre-intuitives pour y parvenir. Notamment, il implique que les intérêts des handicapés mentaux profonds – qui ne sont pas plus rationnels, capables de réciprocité ou dotés d’un sens moral que les animaux – n’importent pas du point de vue moral. Cette implication découle de la façon dont est construite la position originelle : c’est parce que les contractants savent qu’ils sont rationnels qu’ils choisissent des principes qui ne protègent que les sujets rationnels. En termes d’équilibre réfléchi, la leçon à en tirer est simple : étant donné que nous tenons à notre intuition selon laquelle les intérêts des handicapés doivent être pris en compte, cette variante du contractualisme doit être abandonnée.

Une alternative possible suppose de dissimuler aux contractants leur propre rationalité, au même titre que leur race et leur sexe. Contraints de choisir des règles pour l’éventualité où ils souffriraient d’un handicap, ils sélectionneraient alors des principes protégeant les handicapés mentaux. Les intérêts de ces derniers compteraient par conséquent autant que ceux des autres individus, une implication plus intuitive, qui permet à cette variante du contractualisme de s’en tirer nettement mieux que la précédente au jeu de l’équilibre réfléchi.

Mais si les contractants ignorent qu’ils seront rationnels, pourquoi sauraient-ils qu’ils appartiendront à l’espèce humaine ? Au fond, les spécistes indirects admettent que l’appartenance d’espèce n’est pas plus pertinente que l’appartenance de race ou de sexe. Dans une version satisfaisante du contractualisme, les contractants ignoreraient donc non seulement leurs futurs sexe, race et capacités mentales, mais aussi leur future espèce. Naturellement, ils sélectionneraient alors des principes tenant compte également des intérêts des animaux et des êtres humains, des principes incompatibles avec le spécisme. Le contractualisme ne permet donc pas aux spécistes indirects de contrer l’argument de la pertinence (Rowlands 1997).

Évidemment, ceux-ci se sont aussi attaqués à l’argument des cas marginaux. Trois de leurs réactions en particulier méritent qu’on s’y attarde. Selon une première réponse, tous les Homo sapiens font partie de la communauté humaine, qui est à comprendre en un sens « imaginatif » plutôt que biologique. Les cas marginaux sont humains dans cette acception : « Quelqu’un peut être privé, pour une partie ou l’entièreté de sa vie, de capacités distinctement humaines, telles que la raison. Une vie humaine sans l’exercice de ces capacités est sa vie humaine. La vie humaine qui lui est donnée comporte cette terrible privation ; c’est à cela, dans son cas, que se résume le fait d’avoir une vie humaine à mener » (Diamond 1991 : 59, ma traduction). Mais, si le concept de vie humaine n’est pas biologique, qu’est-ce qui empêche mon chien d’avoir lui aussi une vie humaine à vivre, comme s’interroge à juste titre McMahan (2005 : 372) ? Et si le chien de McMahan a une vie humaine au sens imaginatif, le spécisme indirect implique qu’il doit être privilégié au même titre que les Homo sapiens. Cette première tentative échoue donc à réfuter l’argument des cas marginaux.

Une deuxième réponse, que l’on doit à Peter Carruthers (1992), prend la forme d’un argument de la pente glissante. Carruthers « mord la boulette » : en soi, les intérêts des humains marginaux ne comptent pas. Seulement, aucune frontière nette ne les sépare des humains rationnels, si bien qu’à leur refuser notre considération nous risquerions de la refuser également aux humains rationnels. Négliger les intérêts des cas marginaux est immoral parce que cela revient à mettre en danger les humains normaux.

Cet argument pose néanmoins plusieurs problèmes. Premièrement, il n’est pas clair que la pente en question soit si glissante qu’il le suppose. Comme l’histoire le montre malheureusement, les êtres humains sont tout à fait capables de tracer des frontières au sein de leur propre espèce, y compris selon des critères qui admettent des différences de degrés, tels que la couleur de la peau. Certaines sociétés ont même discriminé leurs membres sur la base de la rationalité, sans que les humains rationnels aient à en subir les conséquences que redoute Carruthers (Cavalieri 2003 : 82-83 ; Tanner, 2009 : 56-9). Deuxièmement, cette position est extrêmement contre-intuitive, dans la mesure où elle implique qu’en soi les intérêts des humains marginaux n’importent pas, qu’il s’agit d’en tenir compte en vertu seulement des bienfaits que nous, humains rationnels, pourrions tirer d’une telle habitude. Elle a évidemment le mérite de nous enjoindre à respecter les handicapés mentaux profonds, mais elle le fait pour la mauvaise raison. Car, intuitivement, si nous leur devons le respect, c’est parce que leurs intérêts importent autant que les nôtres et non pour servir ces derniers. Finalement, même si elle fonctionnait, cette réponse ne fournirait qu’une défense superficielle au spécisme. En surface, elle permet certes de justifier la discrimination basée sur l’espèce, mais elle implique que les intérêts des humains marginaux n’importent fondamentalement pas plus que ceux des animaux.

La troisième réponse à l’argument des cas marginaux est l’argument de la nature humaine (Cohen 1986 : 866 ; Scanlon 1998 : 186 ; Fox 1986 : 56). À en croire ses partisans, il convient de traiter les individus en fonction non pas de leurs capacités individuelles mais de leur nature. Les intérêts d’un individu importent dès lors que sa nature est rationnelle, c’est-à-dire dès lors que les membres typiques de son groupe sont rationnels. Puisque ce n’est pas le cas des animaux, leurs intérêts sont moralement insignifiants. Inversement, les humains marginaux ont une nature rationnelle, puisqu’ils font partie de l’espèce humaine, dont les membres typiques sont rationnels. Leurs intérêts doivent donc être pris en compte au même titre que ceux des humains rationnels. L’argument des cas marginaux échoue parce que tous les êtres humains possèdent en fin de compte une propriété moralement pertinente que ne possède aucun animal : celle d’avoir une nature rationnelle.

L’ennui est que les humains marginaux font aussi partie de plusieurs groupes dont les membres typiques ne sont pas rationnels. En plus d’êtres des humains, ils sont par exemple des êtres vivants et (trivialement) des cas marginaux. Faut-il alors comprendre que leurs intérêts importent (parce qu’ils ont une nature rationnelle du fait de leur appartenance à l’espèce humaine, dont les membres typiques sont rationnels) ou que leurs intérêts n’importent pas (parce qu’ils ont une nature non rationnelle du fait de leur appartenance à l’ensemble des êtres vivants ou à l’ensemble des cas marginaux, dont les membres typiques ne sont pas rationnels,) ? Il y a inévitablement quelque chose d’arbitraire à choisir l’un des groupes auxquels appartiennent les cas marginaux pour déterminer leur nature et, a fortiori, comment il convient de les traiter (Nobis 2004 : 51). Pourquoi choisir le groupe des humains ? Pourquoi pas celui des êtres vivants ou celui des cas marginaux ? Les philosophes qui souscrivent à l’argument de la nature humaine nous doivent une explication.

Certains ont tenté de relever ce défi en soutenant que tous les groupes ne se valent pas en l’occurrence, que certains sont plus à même que d’autres de déterminer la nature des individus. D’après Neil Levy, par exemple, il est possible d’effectuer un choix qui ne soit pas arbitraire, à condition toutefois de « découper la nature à ses articulations » (2004 : 215). Où se situent alors les articulations de la nature ? Le long des frontières qui séparent les « espèces naturelles ». (Pour le dire vite, une espèce naturelle est un groupement qui correspond à une réalité dans le monde naturel (Bird & Tobin 2017). Ainsi, les choses en or et les choses en bronze relèvent de deux espèces naturelles distinctes. On considère généralement que les sciences sont notre meilleur accès aux espèces naturelles : les explications scientifiques fonctionnent précisément parce qu’elles reposent sur des groupements qui correspondent à une réalité naturelle.)

Il n’en reste pas moins que nous faisons partie de nombreuses espèces naturelles, si bien que le problème n’est pas résolu. Quelle est, parmi les espèces naturelles auxquelles appartient un individu, celle qui détermine sa nature ? Levy prend acte de ce problème et lui trouve une solution. D’après lui, notre espèce biologique est la plus significative des espèces naturelles auxquelles nous appartenons, parce qu’elle est la plus petite d’entre elles – les races, qui seraient des sous-classes de l’espèce humaine, ne jouent aucun rôle dans la biologie contemporaine. Les humains marginaux ont donc une nature rationnelle, parce que les membres typiques de l’espèce naturelle la plus petite à laquelle ils appartiennent sont rationnels.

Mais les objections ne manquent pas à l’encontre de cette réponse. Premièrement, même à supposer qu’il y ait des espèces naturelles, il est douteux que les espèces biologiques en fassent partie (Tanner 2006 : 55). En effet, elles violent certaines conditions apparemment nécessaires du concept d’espèce naturelle, telles que le caractère catégorique de l’appartenance au groupe (Bird & Tobin 2017 : 31 ; Ellis 2001). Deuxièmement, si les espèces biologiques sont pertinentes du point de vue de la biologie, il serait prématuré d’en inférer qu’elles sont pertinentes du point de vue de l’éthique. Comme nous l’avons vu, les frontières purement biologiques sont généralement considérées comme moralement insignifiantes (LaFollette & Shanks, 1996 : 43 ; McMahan 2005 : 361). Finalement, au sens qui nous intéresse, il y a apparemment une espèce naturelle plus petite que l’espèce Homo sapiens : le groupe des agents rationnels. En effet, la distinction rationnel/non rationnel semble avoir en psychologie au moins autant de force explicative qu’en a la distinction humain/non humain en biologie, ce qui suggère que le groupe des sujets rationnels correspond lui aussi à une réalité naturelle. En somme, la réponse de Levy n’est pas convaincante, et l’objection de l’arbitraire demeure : on voit mal pourquoi le statut moral des humains marginaux devrait découler du fait que les humains typiques sont rationnels plutôt que du fait que les humains marginaux ou les êtres vivants typiques ne sont pas rationnels.

Pour ne rien arranger, l’argument de la nature humaine repose crucialement sur le principe de contagion suivant : « Si un sujet fait partie d’un groupe dont les membres typiques instancient une propriété normativement pertinente, alors il faut traiter ce sujet comme s’il instanciait la propriété en question, » ce qui donne lieu à une seconde objection. Certains philosophes ont reproché à ce principe son caractère ad hoc. Le principe de contagion serait recevable si ses partisans nous fournissaient des raisons d’y souscrire, mais il n’a manifestement pas d’autre raison d’être que leur volonté de contrer l’argument des cas marginaux (Singer 2012 : 417-8 ; Tanner 2006 : 58-9). Cette objection va toutefois un peu vite en besogne. Pour peu que l’on adhère à la méthode de l’équilibre réfléchi, le principe n’est ad hoc que si un principe alternatif est également, sinon davantage, à même de sauvegarder nos intuitions. Dans le cas contraire, ses partisans tiennent une raison à part entière d’y souscrire. La question est alors de savoir si ce principe est compatible avec nos intuitions.

Désireux de démontrer le contraire, les antispécistes n’ont pas manqué de lui chercher des contre-exemples. Ainsi, McMahan (2002 : 147) imagine un superchimpanzé, génétiquement modifié de telle sorte qu’il possède tous les propres de l’homme. Comme le singe fait néanmoins partie de l’espèce des chimpanzés, dont la nature n’est pas rationnelle, il s’ensuit du principe de contagion que ses intérêts ne comptent pas davantage que ceux de ses congénères, et largement moins que ceux des êtres humains, une implication qui se heurte à nos intuitions. Singer propose quant à lui l’expérience de pensée suivante (2012 : 417-8). Supposons que l’on découvre que les femmes sont en moyenne plus aptes à s’occuper des enfants et du ménage que les hommes, lesquels sont prédisposés à étudier la médecine et à diriger le monde. Certaines femmes étant cependant tout à fait capables d’accomplir ces tâches typiquement masculines, ne serait-il pas injuste de les en empêcher sous prétexte qu’elles font partie d’un groupe dont la nature est de savoir passer l’aspirateur ? C’est pourtant ce qu’implique apparemment le principe de contagion.

Mais les spécistes ne sont pas à court de répartie. Selon une réponse courante, l’appartenance à un groupe dont les membres typiques sont rationnels est une condition suffisante mais non nécessaire à la possession d’un statut moral supérieur. D’autres conditions seraient également suffisantes, telles que la rationalité (Levy 2004 : 217). Ainsi, bien qu’il n’ait pas une nature rationnelle, le superchimpanzé de McMahan possède un statut moral supérieur, pour la simple et bonne raison qu’il est lui-même rationnel. Cette théorie ressemble fort à celle que nous avons esquissée en Section 2, alors que nous cherchions à décrire le critère sur la base duquel nous discriminons les animaux. Nous avions alors conclu que le critère en question était la propriété disjonctive « personne ou membre d’une espèce dont les membres typiques sont des personnes ». Afin d’y parvenir, nous nous étions appuyés sur nos intuitions quant aux individus qu’il est légitime de discriminer : les animaux, oui ; les humains normaux, les cas marginaux et les extraterrestres intelligents, non. Puisque cette théorie correspond si bien à nos intuitions, ne pourrait-on pas en conclure qu’elle passe avec succès le test de l’équilibre réfléchi ?

L’ennui est que le principe plus spécifique sur lequel elle s’appuie se heurte lui-aussi à une série de contre-exemples. Il ne correspond à vrai dire pas du tout à la manière dont nous réfléchissons habituellement aux questions normatives (Tanner 2006 : 58). Par exemple, si vous n’obtenez pas la moyenne au terme de vos études de philosophie, l’université refusera de vous décerner un diplôme ; peu importe que vous fassiez partie d’une promotion dont la plupart des étudiants ont obtenu d’excellents résultats. De même, quand ils cherchent à pourvoir un poste, les responsables des ressources humaines examinent les qualifications des candidats, plutôt que celles du groupe auquel ils appartiennent : si vous êtes fainéant et nul en informatique, inutile d’argumenter que les habitants de votre quartier consacrent tout leur temps libre à faire du codage. Enfin, le principe poserait des problèmes similaires s’il existait des inégalités entre les races humaines : si les Blancs étaient en moyenne plus intelligents que les Noirs, pourquoi faudrait-il privilégier les Blancs stupides par rapport aux Noirs stupides (Singer 1997 : 81-2) ? À la lumière de ces contre-exemples, on voit mal comment ce principe pourrait entrer en équilibre avec nos intuitions et voler au secours de l’argument de la nature humaine. Par comparaison, le principe selon lequel il faut traiter les individus en fonction de leurs caractéristiques individuelles s’en sort manifestement beaucoup mieux.

L’argument des cas marginaux permet donc aux antispécistes de réfuter le spécisme indirect absolu. Le spécisme ne peut pas être justifié par les capacités supérieures des êtres humains. Reste que, strictement parlant, cet argument demeure assez silencieux sur la manière dont nous devrions traiter les animaux. Certains philosophes reconnaissent sa force tout en retenant le critère de la rationalité, au détriment des cas marginaux plutôt qu’au bénéfice des animaux (Frey, 1983 : 115, 2001 ; Narveson, 1983 : 45). D’après eux, l’argument ne montre pas qu’il est immoral d’effectuer des expériences douloureuses sur des rats ou des chimpanzés ou d’élever des cochons et des veaux pour notre consommation. Il montre qu’il est moralement acceptable d’infliger de tels traitements aux humains marginaux. Compte tenu du caractère extrêmement contre-intuitif de cette réaction, et de l’objection de la pertinence, il semble qu’on puisse conclure de l’argument des cas marginaux que le critère d’inclusion dans la sphère morale n’a rien à voir avec la rationalité ou quelque propre de l’homme que ce soit. Dans l’attente d’un meilleur argument, le spécisme demeure injustifié.

d. Justifications indirectes et indexicales

Reste une catégorie de justifications : celles qui sont à la fois indirectes (en ce sens qu’elles ne font pas appel à l’appartenance d’espèce elle-même) et indexicales (en ce sens qu’elles ne font pas appel à des propriétés intrinsèques). Selon cette approche, la différence entre les humains et les autres animaux qui justifie que l’on privilégie les premiers au détriment des seconds tient à une relation que nous, humains rationnels, entretenons avec eux. Contrairement au spécisme indexical direct, le spécisme indexical indirect nie que la relation en question soit l’appartenance à la même espèce. Nous devrions privilégier les êtres humains parce que nous avons avec eux une connexion émotionnelle (Fox 1986), parce que nous entretenons avec eux des relations de solidarité et de loyauté (Williams 2009), ou parce que nous partageons avec eux une culture et un langage (Mulhall 2002 ; Kittay 2009). Selon cette conception, bien que les animaux entretiennent eux aussi ce type de relations, ils ne font pas partie de notre « humanité commune », car leurs solidarités, leurs loyautés, leurs langages et leurs cultures ne sont pas les nôtres.

En admettant que cette justification fonctionne, sa portée sera, comme celle du spécisme indexical direct, extrêmement limitée. Par loyauté, vous devriez peut-être sauver votre meilleure amie de la noyade plutôt qu’un parfait inconnu. En revanche, vous ne pouvez pas dresser un inconnu à sauter à travers un cerceau enflammé pour la divertir, même si elle nourrit une passion pour les spectacles circassiens. De manière analogue, cette justification du spécisme permettrait au mieux d’établir que, toute chose égale par ailleurs, nous pouvons accorder plus d’importance aux intérêts humains qu’aux intérêts comparables des animaux ; elle ne permettrait pas de justifier que nous accordions plus de poids à des intérêts humains superficiels qu’aux intérêts fondamentaux des animaux.

Mais même sous cette forme peu ambitieuse, cette théorie se heurte au problème de la pertinence. Les relations de solidarité et de loyauté, l’appartenance à une même culture, la possession d’un langage commun et les affections naturelles ne sont pas directement pertinentes du point de vue moral – même si elles le sont parfois indirectement, comme nous l’avons vu ci-dessus, par exemple parce que l’amitié serait impossible sans une certaine mesure de partialité (Singer 1997 : 82-3). Certains n’aiment pas les homosexuels, les femmes, les étrangers ou les Noirs, mais leur hostilité ne justifie rien. Comme les autres, ils doivent le même respect aux homosexuels qu’aux hétérosexuels, aux femmes qu’aux hommes, aux étrangers qu’à leurs concitoyens et aux Noirs qu’aux Blancs. Comment, dans ce cas, la simple connexion émotionnelle que nous avons avec nos congénères pourrait-elle justifier le moindre privilège ? Mystère.

Quoi qu’il en soit, cette justification soulève une autre difficulté, qui n’est pas sans rappeler l’argument des cas marginaux. Nous avons davantage de connexions émotionnelles avec nos animaux de compagnies qu’avec les êtres humains que nous ne rencontrerons jamais, plus de loyauté envers les animaux qui sont loyaux à notre égard qu’envers les humains qui ne le sont pas, et un langage plus proche de celui d’un chimpanzé que de celui d’un comateux (Bernstein 2004 : 382 ; McMahan 2005 : 363-5). Ces relations ne constituent donc pas une différence entre tous les humains et tous les animaux, susceptible de justifier le privilège que nous accordons aux premiers par rapport aux seconds. (En réponse à cette objection, certains philosophes reconnaissent l’existence des relations personnelles que nous entretenons parfois avec les animaux, mais cherchent à nous dissuader d’en tirer des conclusions morales. Ainsi, nous devrions rester critiques vis-à-vis de cette tendance qui pourrait outrepasser notre préférence légitime pour les intérêts humains (Post 1993 : 297-8). Cette réponse présuppose néanmoins ce qu’elle prétend démontrer, à savoir la légitimité de notre préférence pour les intérêts humains.)

Comme les autres défenses du spécisme, ses justifications qui sont à la fois indirectes et indexicales échouent. Le spécisme est donc vraisemblablement injuste.

5. Conclusion

Qu’est-ce que le spécisme ? Le spécisme est la discrimination en fonction de l’appartenance d’espèce. Il consiste à privilégier certains au détriment d’autres en fonction de leurs espèces respectives. Plutôt que de distinguer des formes (directes et indirectes, absolues et indexicales) de spécisme on opposera des justifications (directes et indirectes, absolues et indexicales) du spécisme. En outre, on distinguera le spécisme de l’anthropocentrisme, variante dans laquelle les êtres humains jouissent d’un privilège. Finalement, le spécisme n’est pas injuste par définition ; comme toute thèse morale substantielle, l’idée selon laquelle il est injuste doit être défendue avec des arguments.

Le spécisme existe-t-il ? Plus que cela, il est omniprésent. Il se manifeste chaque fois que nous traitons des animaux de manières dont nous refuserions de traiter des êtres humains. Inutile d’objecter que nous discriminons en fait sur la base des capacités cognitives, puisque nous privilégions non seulement les personnes mais aussi les humains marginaux. Inutile d’objecter que nous privilégierions également des extraterrestres intelligents si l’opportunité se présentait, puisque cela suggère seulement que nous ne sommes pas anthropocentristes. Et inutile d’objecter que nous discriminons sur la base de la personnalité modale puisque nous traiterions de la même manière un enfant anencéphale que sa condition soit génétique ou due à un problème développemental. Nous discriminons bel et bien sur la base de l’appartenance d’espèce.

Le spécisme est-il injuste ? Jusqu’à preuve du contraire, oui. Le racisme et le sexisme sont injustes parce qu’ils violent un principe bien établi : nous devons traiter de manières similaires les cas similaires. En effet, il n’y a pas, entre les Blancs et les Noirs, entre les hommes et les femmes, de différence qui justifie que l’on privilégie les premiers au détriment des seconds. Or, comme l’a laissé transparaître ce survol de la littérature philosophique, le spécisme viole lui aussi ce principe : il n’y a pas, entre les êtres humains et les autres animaux, de différence qui justifie que l’on privilégie les premiers par rapport aux seconds. D’une part, la différence d’espèce, qui ne correspond de toute façon à aucune différence de nature, est moralement insignifiante parce qu’elle est purement biologique. D’autre part, les différences cognitives qui lui sont associées ne le sont qu’imparfaitement et sont elles aussi dénuées de pertinence morale. Puisque le spécisme partage avec le racisme et le sexisme la caractéristique qui les rend injustes, une conclusion s’impose : il est lui aussi injuste, au moins autant que ces autres formes de discrimination (et peut-être plus, étant donné le nombre de ses victimes et l’intensité des souffrances qu’elles endurent).

Bibliographie

Aristote (1959). Éthique à Nicomaque. Paris : Vrin.

Bernstein, M. (2004). Neo‐speciesism. Journal of Social Philosophy, 35(3) : 380-390.

Byrne, R., & Whiten, A. (1989). Machiavellian intelligence : Social expertise and the evolution of intellect in monkeys, apes, and humans. Oxford : Clarendon Press.

Carruthers, P. (1992). The animals issue : Moral theory in practice. Cambridge : Cambridge University Press.

Carruthers, P. (2012). Against the moral standing of animals, in Christopher W. Morris (éd.), Questions of life and death : Readings in practical ethics. Oxford : Oxford Univerity Press.

Cavalieri, P. (2003). The animal question : Why nonhuman animals deserve human rights. New York : Oxford University Press.

Chappell, T. D. J. (1997). In defence of speciesism, in David S. Odeberg & Jacqueline A. Laing (éd.), Human Lives : Critical Essays on Consequentialist Bioethics. St.Martin’s Press.

Clark, S. L. R. (1993). Apes and the idea of kindred, in Paula Cavalieri & Peter Singer (éd.), The « great ape » project : Equality beyond humanity. New York : St. Martin’s Griffin.

Cohen, C. (1986). The case for the use of animals in biomedical research. The New England Journal of Medicine, 315 : 865-870.

Cohen, C. & Regan, T. (2001) The animal rights debate. Lanham : Rowman & Littlefield.

Dawkins, R. (1993). Gaps in the mind, in Paula Cavalieri & Peter Singer (éd.), The « great ape » project : equality beyond humanity. New York : St. Martin’s Griffin.

DeGrazia, D. (2016). Modal personhood and moral status : A reply to Kagan’s proposal. Journal of Applied Philosophy33(1) : 22-25.

Descartes, R. (1930). Discours de la méthode. Paris : Vrin.

Diamond, C. (1991). The importance of being human. Royal Institute of Philosophy Supplements, 29 : 35-62.

Dunayer, J. (2004). Speciesism. Derwood : Ryce.

Dupré, J. (2002). Humans and other animals. Oxford : Oxford University Press.

Ellis, B. (2001). Scientific essentialism. Cambridge : Cambridge University Press.

Ferry, L. (1992). Le nouvel ordre écologique : L’arbre, l’animal et l’homme. Paris : Grasset.

Fox, M. A. (1986). The case for animal experimentation : An evolutionary and ethical perspective. Berkeley : University of California Press.

Frey, R. G. (1980). Interests and rights : The case against animals. Oxford : Oxford University Press.

Frey, R. G. (1983). Vivisection, morals and medicine. Journal of Medical Ethics, 9 : 95-104.

Giroux, V. (2016). Véganisme, in Encyclopédie philosophique.

Goldman, M. (2001). A transcendental defense of speciesism. The Journal of Value Inquiry, 35(1) : 59-69.

Gray, J. A. (1990). In defence of speciesism. Behavioral and Brain Sciences, 13(1) : 22-23.

Greene, J. (2014). Moral tribes : Emotion, reason, and the gap between us and them. New York : Penguin.

Horta, O. (2010). What is speciesism ? Journal of Agricultural and Environmental Ethics, 23(3) : 243-266.

Jamieson, D. (2008). Ethics and the environment : An introduction. Cambridge : Cambridge University Press.

Jaquet, F. & Naar, H. (à paraître). Introduction à la métaéthique. Paris : Ithaques.

Kagan, S. (2016). What’s wrong with speciesism ? Journal of Applied Philosophy, 33(1) : 1-21.

Kant, E. (2013). Fondements de la métaphysique des mœurs. Paris : Presses Universitaires de France.

Kittay, E. F. (2009). The ethics of philosophizing : Ideal theory and the exclusion of people with severe cognitive disabilities. In Feminist ethics and social and political philosophy : Theorizing the non-ideal. Springer Netherlands.

LaFollette, H., & Shanks, N. (1996). The origin of speciesism. Philosophy71(275) : 41-61.

Leahy, M. (1991). Against liberation : Putting animals in perspective. Londres : Routledge.

Levy, N. (2004). Cohen and kinds : A response to nathan nobis. Journal of Applied Philosophy21(2) : 213-217.

Linzey, A. (1976). Animal rights : A Christin assessment. Londres : SCM Press.

Low, P., Panksepp, J., Reiss, D., Edelman, D., Van Swinderen, B., & Koch, C. (2012). The Cambridge declaration on consciousness. In Francis Crick Memorial Conference, Cambridge, England.

McMahan, J. (2002). The ethics of killing : Problems at the margins of life. Oxford : Oxford University Press.

McMahan, J. (2005). Our fellow creatures. The Journal of Ethics9(3) : 353-380.

McMahan, J. (2016). On ‘modal personism’. Journal of Applied Philosophy33(1) : 26-30.

Midgley, M. (1984). Animals and why they matter. Athens : University of Georgia Press.

Mulhall, S. (2002). Fearful thoughts. London Review of Books24(16) : 16-18.

Nagel, T. (1986). The view from nowhere. Oxford : Oxford University Press.

Narveson, J. (1983). Animal rights revisited, in Harlan B. Miller & William H. Williams (éd.), Ethics and animals. Clofton : Humana Press.

Nobis, N. (2004). Carl Cohen’s ‘kind’arguments FOR animal rights and AGAINST human rights. Journal of Applied Philosophy21(1) : 43-59.

Norcross, A. (2004). Puppies, pigs, and people: Eating meat and marginal cases. Philosophical perspectives18(1) : 229-245.

Olivier, D. (1994). Les espèces non plus n’existent pas. Cahiers antispécistes, 11.

Parfit, D. (1984). Reasons and persons. Oxford : Oxford University Press.

Paterson, D. & Ryder, R. D. (1979). Animals’ rights : A symposium. Londres : Centaur.

Pluhar, E. B. (1995). Beyond prejudice : The moral significance of human and nonhuman animals. Durham : Duke University Press.

Posner, R. A. (2004). Animal rights : Legal, philosophical, and pragmatic perspectives. In Cass R. Sunstein & Martha C. Nussbaum (éd.), Animal rights: Current debates and new directions. Oxford: Oxford University Press.

Post, S. G. (1993). The emergence of species impartiality : A medical critique of biocentrism. Perspectives in Biology and Medicine, 36(2) : 289-300.

Rachels, J. (1990). Created from animals. The Moral Implications of Darwinism. Oxford : Oxford University Press.

Rawls, J. (1987). Théorie de la justice, trad. C. Audard. Paris : Seuil.

Regan, T. (1979). An examination and defense of one argument concerning animal rights. Inquiry, 22(1-4) : 189-219.

Regan, T. (2003). Animal rights, human wrongs : An introduction to moral philosophy. Lanham : Rowman & Littlefield.

Ryder, R. (1998). Speciesism, in Marc Bekoff & Carron A. Meany (éd.), Encyclopedia of animal rights and animal welfare. Chicago : Fitzroy Dearborn.

Scanlon, T. M. (1998). What we owe to each other. Harvard : Belknap.

Singer, P. (1997), Questions d’éthique pratique. Paris : Bayard Editions.

Singer, P. (2004). Comment vivre avec les animaux ? Paris : Les empêcheurs de penser en rond.

Singer, P. (2012). La libération animale. Paris : Payot & Rivages.

Singer, P. (2016). Why speciesism is wrong : A response to Kagan. Journal of Applied Philosophy, 33(1) : 31-35.

Tanner, J. (2006). Marginal humans, the argument from kinds and the similarity argument. Facta Universitatis-Series : Philosophy, Sociology and Psychology, 5(1) : 47-63.

Tanner, J. K. (2009). The argument from marginal cases and the slippery slope objection. Environmental Values, 18(1) : 51-66.

Thornhill, R., & Palmer, C. T. (2001). A natural history of rape : Biological bases of sexual coercion. Boston : MIT Press.

Waldau, P. (2001). The specter of speciesism : Buddhist and Christian views of animals. Oxford : Oxford University Press.

Williams, B. (2009). The human prejudice, in Jeffrey A. Shaler (éd.), Peter Singer under fire : The moral iconoclast faces his critics, Peru : Open Court.

Wreen, M. (1984). In defense of speciesism. Ethics and Animals, 5(3) : 4.


François Jaquet
Université de Genève
francois.jaquet@unige.ch

Comment citer cet article?
Jaquet, F. (2018), « Spécisme », version Académique, dans M. Kristanek (dir.), l’Encyclopédie philosophique, URL: http://encyclo-philo.fr/specisme-a/